Rôle d’un bon voisinage et environnement dans le traitement de l’état de stress post-traumatique et la prévention des délits…

Sandrine Tinland le 9 janvier 2018

Auteur : E. Escard

Seulement 20% de la variabilité dans l’étiologie et la persistance des PTSD (états de stress post-traumatique) serait en lien avec des facteurs de risque individuels. Dans une étude à Montréal sur 2392 participants, ceux qui ont subi des traumatismes ont plus développé de PTSD dans un voisinage problématique, et moins dans les quartiers avec plus de cohésion sociale où la rémission des symptômes est aussi plus fréquente. Il paraît également important lors de la prise en charge d’interroger la perception des victimes par rapport à leur voisinage, une mauvaise perception aggravant leur état de santé mentale comme cela a été déjà prouvé pour d’autres pathologies mentales (dépression, consommation de toxiques, schizophrénie…). Mais à noter que le PTSD peut aussi aggraver la représentation déjà négative de son voisinage et il peut être difficile de faire la part des choses.

Le contexte environnemental joue donc un rôle dans le développement et la progression du PTSD. Il est connu aussi que la fréquentation des parcs et des espaces ouverts en ville améliore la santé mentale des citadins. Une étude américaine chez 1287 adolescents a même montré que ceux qui habitaient à moins de 1000 mètres d’un espace vert avaient moins de comportements violents agis à court et long terme, et étaient plus matures que les autres. Donc l’environnement familial et  scolaire ne fait pas tout… La qualité de vie dans un quartier n’est pas à sous-estimer aussi bien pour l’évolution des victimes que des auteurs de violence.

Ceci rejoint les recommandations de l’OMS et de l’agenda 2030 pour un développement durable de l’ONU, et notamment son objectif 11 : « Make cities and human settlements inclusive, safe, resilient and sustainable ».

Références :
Monson E et al. Place and post-traumatic stress disorder. J Trauma Stress 2016, 29(4) : 293-300.
Younan D et al. Environnemental determinants of aggression in adolescents : role of urban neighborhood greenplace. J Am Acad Child Adolesc Psychiatiy 2016, 55 (7) : 691-601.
Transforming our world: The 2030 Agenda for Sustainable Development. Resolution adopted by the UN General Assembly on 25 September 2015.

Partagez cet article

Publié par Sandrine Tinland

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *