La famille comme communauté éthique et pilier d’un avenir non-violent

Sandrine Tinland le 22 septembre 2020

Auteur : Dr E. Escard

Deux des piliers de la prévention des violences sont selon l’OMS le soutien aux parents pour établir des relations de qualité avec leurs enfants et le développement des aptitudes à la vie quotidienne chez les jeunes. Parmi les nombreuses influences que subissent nos jeunes, la famille reste en effet une valeur sûre mais à certaines conditions. Cela implique par exemple des capacités parentales et familiales à former les plus jeunes comme des sujets éthiques, en favorisant une attitude morale avec des valeurs comme la justice, le respect, la tolérance, la solidarité, l’amour, la persévérance etc.

La vie de famille et la qualité des relations sont essentielles pour une vie éthique, à condition que les parents, les aînés soient cohérents entre leur discours et leurs actes, avec une sensibilité pour la justice et la pensée démocratique. Des compétences de dialogue et de négociation sont nécessaires, et les plus âgés doivent pouvoir prendre position, argumenter, écouter l’autre et avoir conscience de ne pas toujours avoir raison ou dire que c’était mieux avant ou ailleurs…

Les parents doivent être exigeants pour donner de l’autonomie aux enfants tout en assurant une certaine responsivité avec soutien et compréhension. C’est un travail éprouvant qui doit s’éloigner d’un modèle trop autoritaire ou à l’inverse trop permissif soit dans l’indifférence, soit dans la négligence.

Il s’agit bien sûr d’un processus constructiviste dans lequel les jeunes ont un rôle actif, avec un droit légitime à recevoir et à donner.

Ce modèle peut participer à prévenir les violences, en limitant le plus possible ce que Boszormenyi-Nagy appelle la légitimité destructrice, qui peut être source de la fameuse ardoise pivotante lorsque les adultes vont à leur tour maltraiter leurs enfants (ou d’autres personnes qui n’ont pas participé à leur maltraitance). 

Références :
Dillen A. Vers des familles justes : la famille comme communauté éthique.
Revue d'éthique et de théologie morale, 2008, 251:115-124.
OMS, 2013. Prévention de la violences : les faits.

Partagez cet article

Publié par Sandrine Tinland

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *