Risque d’attaque cérébrale chez les adultes jeunes et d’âge moyen ayant un PTSD

Sandrine Tinland le 5 décembre 2019

Auteur : Dr E. Escard

Environ 1/3 des personnes exposées à un traumatisme sévère vont développer un PTSD (état de stress post-traumatique). Le PTSD peut favoriser l’apparition de maladies physiques (p.ex infarctus du myocarde, diabète, douleurs chroniques, cancer de l’ovaire…). Le lien entre la fréquence des accidents vasculaires cérébraux et celle du PTSD chez les personnes âgées est déjà connu. On estime que 10% des accidents vasculaires surviennent chez les 18-45 ans. Une importante étude américaine sur une cohorte d’anciens combattants suivie pendant 13 ans de près d’un million de personnes jeunes et d’âge moyen a montré une plus grande prévalence d’accidents ischémiques transitoires ou constitués chez les personnes ayant un PTSD, surtout chez les hommes pour les accidents constitués. Ces accidents peuvent laisser des séquelles importantes qui vont impacter de manière très négative la qualité de vie de ces personnes et pour une longue durée et un coût élevé.

Cette étude, même si elle a été effectuée sur un échantillon particulier, vient renforcer la nécessité d’une détection précoce et d’un traitement bien conduit des PTSD. Cela implique de bien connaître les facteurs de risque pré-traumatiques (p.ex antécédents de maladie physique et antécédents familiaux de maladies psychiatriques), péri-traumatiques (p.ex traumatisme sévère), et dans une moindre mesure post-traumatiques (p.ex intensité des symptômes aigus).

Références :
Rosman L, Sico JJ, Lampert R et al. Posttraumatic stress disorder and risk for stroke
in young and middle-aged adults : a 13-year cohort strudy. Stroke 2019, 50(11): 2996-3003.
Trotella-Feliu M, Fullana MA, Perez-Vigil A et al. Risk factors for posttraumatic stress disorder :
an umbrella review of systematic reviews and meta-analyses. Neurosci Biobeha Rev. 2019, 107:154-165.
Hoerster KD, Campbell S. Dolan M et al. PTSD is assosciated with poor health behavior and greater Body Mass
Index through depression, increasing cardiovascular disease and diabetes risk among U.S. veterans.
Prev Med Rep 2019, 15:100930. doi:10.106/j.pmedr.2019.100930

 

Partagez cet article

Publié par Sandrine Tinland

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *